Kyōichi Sawada


Kyōichi Sawada est né à Aomori au Japon le 22 février 1936. Diplômé de l'école secondaire préfectorale de sa ville, il travaille dans un magasin de photographie sur la base militaire américaine de Misawa, tout en étudiant la photographie. En 1961, il s'installe à Tokyo, où il devient photographe pour la branche de Tokyo de l'agence de presse United Press International (UPI), après avoir été présenté par l'un des responsables militaires américains à la base aérienne. Alors que la guerre du Vietnam s'aggrave, Sawada, demande à plusieurs reprises à UPI un transfert en Indochine, mais à chaque fois cela lui est refusé au motif que cette guerre est un conflit américain. En février 1965, il utilisa ses vacances pour aller au Vietnam et couvrir lui-même le conflit, ses photos vont convaincre l’UPI de l'assigner à leur bureau de Saigon. Dès lors, journaliste il est chargé des reportages sur la guerre du Vietnam jusqu’en 1970. Il remporte en 1966 le prix Pulitzer, l'un des prix prestigieux dans le domaine du journalisme, pour une photographie de la guerre du Vietnam prise en 1965. Cette même image est gratifiée du prix Overseas Press Club et remporte le Camera Achievement Award des États-Unis. Une autre de ses photographies sera également sélectionnée pour le « World Press Photos de l’année » en 1966.


Cette première photo primée au Pulitzer fut prise le 6 septembre 1965 dans le village de Loc Thuong, une commune de Phuoc Son située dans le district de Tuy Phuoc dans la province de Binh Dinh. Sur cette photo intitulée « Escape for safe », on voit deux femmes et trois enfants en train de nager pour fuir leur village bombardé par les américains. Aujourd’hui Nguyen Van Anh, sa sœur Nguyen Thi Kim Lien et Nguyen Thi Hue sont tous les trois survivants. Les deux femmes sur la photo étaient Tran Thi Ba leur mère et Thi Dao leur grand-mère. Le photographe était revenu quelque temps plus tard rendre visite à la famille qui avait survécu et avec qui il avait tenu à partager sa joie. Il lui a fallu cinq jours de recherches pour les retrouver. L’autre célèbre photographie de 1966 montrait des soldats américains de la première division d’infanterie traînant un Viet Cong mort vers un lieu de sépulture derrière leur transport de troupes blindé, un M113. Ce soldat avait été tué dans une attaque de nuit par plusieurs bataillons Viet Cong lors de la bataille de Long-Tân contre les forces australiennes et américaines.


En 1968, l’UPI assigne Sawada à leur bureau de Hong Kong, où il devient éditeur de photos. Mais il n’est pas fait pour le travail dans un bureau, et revient au Vietnam régulièrement, alors que la guerre s'étend au Laos et au Cambodge. En mars 1970, il commencé à documenter la situation au Cambodge, à la suite d'un coup d'État qui a plongé le pays dans le chaos. Le 6 avril 1970 c'était la dernière fois que Sean Flynn et Dana Stone étaient vus par Terry Khoo, un caméraman d'ABC Television, qui les a pris en photo (La célèbre image des deux compères sur leurs motos). Ils disparurent tués par les Khmers rouges qui ont tué presque tous les journalistes, photographes, cameraman ou fixeurs cambodgiens qu'ils ont capturés. Le 26 octobre de la même année, Sawada s'est porté volontaire pour emmener le nouveau chef du bureau de l'UPI à Phnom Penh sur la route 2 menant à Chambak, l'avant-poste le plus au sud de l'armée cambodgienne. Kyoichi Sawada et Frank Frosch habillés en civil se dirige vers le Plateau de Kirirom au Cambodge… Le magazine Time rapportera le 9 novembre 1970 : « Vers 5h30 cet après-midi-là, des soldats cambodgiens ont entendu des coups de feu et se sont mis à enquêter. Ils ont retrouvé la voiture bleue criblée de balles et fracassée contre un arbre, à l’intérieur on les retrouve abattus de plusieurs balles par les Khmers rouges. Selon le magazine Time, Sawada était l'un des photographes les plus audacieux travaillant pour l'UPI en Indochine. Il était prêt à faire n'importe quoi pour obtenir une histoire et des images. Il demandait à ce qu’on l’emmène en hélicoptère au cœur des batailles, il se précipitait à travers un champ de mines pour obtenir des photos des troupes américaines en opération... D'autres le décrivaient comme un homme prudent, qui calculait soigneusement ses risques et portait toujours un casque. Après sa mort, il a reçu la médaille d'or Robert Capa d’Overseas Press Club.


En 1989, la veuve de Kyoichi Sawada a visité le village de Loc Thuong et a donné à la famille de Nguyen Van Anh un album de son mari composé de photographies prises au Japon, au Vietnam et au Cambodge entre 1954 et 1970. Dans l'album, il y avait beaucoup de photos du pays et du peuple du Vietnam des années 1965 à 1970.


A défaut d'un site personnel, voici un lien vers Getty Images qui nous propose quelques uns de ses clichés : https://www.gettyimages.fr/photos/kyoichi-sawada?mediatype=photography&phrase=kyoichi%20sawada