Hedda Morrison


De l’Allemagne à la Chine :

Hedda Morrison, de son nom de jeune fille Hedda Hammer, est née à Stuttgart, en Allemagne, en 1908. Durant sa jeune enfance, elle contracte la poliomyélite, cela restera un souvenir douloureux et persistant puisqu’elle boitera toute sa vie. Dès son plus jeune âge, elle s’est intéressée à la photographie. En 1929, elle s'inscrit à l’Institut d'état bavarois de photographie de Munich, où elle étudie durant trois ans. Deux ans après l'obtention de son diplôme Hedda, comme beaucoup d'artistes et d'intellectuels allemands, quitte l'Allemagne devant la montée du nazisme. Elle répond à l’annonce d’un journal photo allemand et obtient un emploi à Pékin en tant que directrice de la photo du « Hartung Shop ». En 1933 elle rachète un studio de photographie commerciale appartenant à des allemands dans le quartier des légations. Ce studio est le lieu privilégié d’une clientèle bien établie de diplomates et de résidents étrangers vivants à Pékin. En 1938, elle quitte le journal et continue à travailler à Pékin en tant que photographe indépendante. Hedda fut l’une des sources précieuses d’informations historiques sur l’Asie grâce à ses images prises durant la période qui précéda la création de la République Populaire de Chine. Ses photographies représentent des tranches d’espaces et de temps qui contribuent ainsi à l’entretien de la mémoire collective Nationale. Grâce à ses compositions et à ses choix de sujets, elle peut être gratifiée comme celle qui a construit et diffusé l’image de la Chine en Occident.


Témoin de l’artisanat traditionnel chinois :

Hedda Morrison photographie abondamment la Chine entre 1933 et 1946 avec son Rolleiflex à double objectif et grâce à la qualité de ses lentilles Carl Zeiss en faisant du format carré 6x6 cm sa marque de fabrique. Elle immortalise aussi bien l’architecture que les paysages de rue, les artisans, les vendeurs ambulants et les coutumes religieuses ou folkloriques. Elle s'intéresse particulièrement à l'artisanat traditionnel et prend de nombreuses séries de clichés sur cette thématique. En tant que résidente établie à Pékin, elle a monté un précieux réseau de contacts qui lui a fourni un accès unique à des gens et à des lieux qu’elle n’aurait sans doute jamais pu approcher, si elle avait travaillé dans ce pays en tant que simple reporter étranger. Parallèlement à cela elle va épouser Alastair Morrison, un australien né à Pékin en 1915, qui n’est autre que le fils de George Ernest Morrison, célèbre photographe reconnu dans toute la Chine. Elle portera ainsi le nom de famille des Morrison à partir de 1946. En raison de la situation politique instable, le couple quitte la Chine en 1947 pour aller s’installer à Sarawak, un état de Malaisie orientale situé sur l'île de Bornéo. Ils y vivent jusqu’en 1967 avant de partir Canberra en Australie.


Un faible pour le sépia :

C’est ainsi qu’outre ses projets photographiques sur la Chine, Hedda est également connue pour le grand nombre d'images prises en Malaisie et en Australie, où âgée de 82 ans, elle meurt en 1991. Suite à son décès, son mari, a généreusement partagé l'œuvre de sa vie entre l'Université de Harvard et le Powerhouse Museum de Sydney. La collection comprend principalement 349 tirages d'exposition qui ont été faites par Hedda avant qu’elle ne s'installe à Canberra en 1967. La collection comprend également 165 diapositives d'Asie, de Nouvelle-Zélande et d’Australie, ainsi qu’un ensemble de négatifs du festival folklorique Trachenfest pris à Stuttgart en 1931, qui représentent les seules photographies qu’elle a faites en Allemagne. Ses photographies ne sont bien sûr pas retouchées, techniquement on remarque que le contraste et les tonalités dans ses images sont parfaits. Seul le ton sépia y était parfois ajouté.


Voici deux sites sur lesquels vous pourrez découvrir le travail d’Hedda Morrison : http://collections/morrison/albums.html et http://www.powerhousemuseum.com/heddamorrison/


Quelques unes de ses photographies sont dans le portfolio :