Marion Post Wolcott


Découverte de la grande dépression :

Marion Post est une photographe américaine née le 7 juin 1910 à Montclair dans l'État du New Jersey. Son père était médecin homéopathe et conservateur alors que sa mère était une ardente militante de la cause progressiste. Après le divorce amer de leurs parents, elle et sa sœur aînée Helen ont obtenu des bourses d'études à Edgewood, un pensionnat progressiste mixte de Greenwich dans le Connecticut, où elles sont encouragées à penser par elles-mêmes. De 1927 à 1929, elle étudie la danse moderne et s’oriente vers l'éducation de la petite enfance à la New School for Social Research, puis à l'Université de New York. Elle gagne sa vie en fournissant des services de garde d'enfants et en enseignant dans une école maternelle du Connecticut. Au début des années 1930, elle s'installe dans le Massachusetts pour enseigner dans une petite ville d'usine. Elle y découvre la Grande Dépression de l’intérieur ! Les différences de classe qu'elle observe la dérangent, entre les enfants privilégiés des propriétaires de moulins à qui elle enseigne le jour et les fils de menuisiers en difficulté qu'elle voit le soir après ses longues journées de travail.


Le décès du père :

Quand son père meurt au printemps de 1932, Marion Post utilise une partie de l’héritage pour étudier la danse à Paris et, plus tard avec sa sœur Helen, la psychologie de l'enfant à l'Université de Vienne. Au cours d'un séjour à Vienne, elle montra ses travaux au photographe Trude Fleischmann, un viennois ayant étudié la photographie avec sa sœur, qui l'encouragera dans cette voie.

Mais elle est témoin à Vienne, avec sa sœur, d'exactions nazies qui la terrorisent. En effet, ses amis juifs avaient des croix gammées brûlées devant leurs maisons, leurs champs et leurs clôtures étaient incendiées. Alors que la situation se détériorait, les appartements des travailleurs socialistes furent bombardés, Marion passa plusieurs mois à travailler dans des écoles locales pour aider les enfants sans abri. Helen quitte l'Europe avant la tentative du parti nazi en Autriche de renverser le gouvernement en juillet 1934. Lorsque l'Université de Vienne ferme à cause de tensions, elle retourne aux États-Unis en urgence et arrive le 16 octobre pour s'installer avec Helen à Port Chester.


Premier contact avec la FSA :

Photographe indépendante, elle milite alors dans des mouvements antifascistes, puis elle persévère dans la photographie, soutenue par Ralph Steiner et Paul Strand. A la fin de 1934, elle déménage à Croton-on-Hudson pour enseigner à la progressiste Hessian Hills School. Elle y fait des portraits de ses élèves et pour son plaisir des photographies de mineurs de Pittsburgh. Puis elle travaille à la pige en tant que photojournaliste entre 1937 et 1938, et réussit à briser les barrières du genre.

Steiner l'aidera même à sortir des chroniques féminines dans les journaux, car elle gagne surtout sa vie en faisant des photos pour les magazines et les journaux. Il présente alors ses photographies à Roy Stryker qui l’embauche immédiatement à la Farm Security Administration. La FSA est un organisme américain chargé d'aider les fermiers les plus pauvres touchés par la Grande Dépression. Marion Post est surtout connue pour avoir pris plus de 9 000 photographies pour la FSA de 1938 à 1942.


Questions sociales :

Tirant parti de ses préoccupations sociales et de sa vision artistique pour illustrer les problématiques contemporaines, elle produit un nombre extraordinaire d'images qui remettent en question de nombreuses questions sociales comme celles des jeunes femmes vivant hors du foyer familial et voyageant seules. Bien qu'elle ait travaillé professionnellement pendant quelques années seulement, son art et sa persévérance ont inspiré de nombreux articles, livres et expositions et ses photographies ont créé une chronique représentative de la vie américaine à la veille de seconde guerre mondiale.


Madame Marion Post Wolcott :

En 1941, elle épouse Leon Oliver Wolcott et devient Marion Post Wolcott. Elle continue sa carrière de photographe, notamment pour la FSA, mais entre sa vie de famille et de très nombreux voyages et séjours à l'étranger elle est moins productive. Puis elle démissionne en février 1942, alors enceinte, elle a du mal à intégrer sa photographie avec sa nouvelle situation familiale. Marion mettra au monde Linda le 28 août 1942 à Washington.

Dans les années 1970, né un regain d'intérêt pour ses images parmi les chercheurs qui ravive son propre intérêt pour la photographie. En 1978, Marion Post Wolcott monte sa première exposition personnelle en Californie. Puis dans les années 1980, le Smithsonian et le Metropolitan Museum of Art commencent à recueillir ses photographies. La première monographie sur les travaux de Marion Post Wolcott a été publiée en 1983. Wolcott toujours intéressée pas les causes sociales est aussi une fervente défenderesse des droits des femmes. Ainsi, en 1986 lors de la Conférence « Women in Photography » qui a lieu à Syracuse à New York, elle déclare : « Les femmes ont parcouru un long chemin, mais pas assez. Parlez avec vos images de tout votre cœur ».

Dans les années 1980, elle a fait don des archives de ses papiers personnels et de ses photographies au Center for Creative Photography de Tucson, en Arizona. Le 24 novembre 1990, Marion Post Wolcott meurt dans sa maison à Santa Barbara après avoir lutté contre un cancer du poumon pendant plus d'un an.


Voici un site très intéressant tenu par Linda Wolcott-Moore, la fille de Marion http://people.virginia.edu/~ds8s/mpw/mpw-top.html