William Gedney


Le photographe américain William Gedney est né le 29 octobre 1932 à Albany, capitale de l'État de New York. Il grandit dans le nord de l'État de New York, puis déménage à Manhattan à l'âge de 19 ans pour fréquenter le Pratt Institute. De 1951 à 1955, il est à l'Université de Brooklyn et c’est en 1955 qu’il y obtient une licence de graphiste et commence à travailler à Condé Nast pendant deux ans avant de partir poursuivre son propre projet. Il sera d’ailleurs professeur jusqu’à sa mort, dans l’université Pratt Institute, demandant régulièrement des congés sabbatiques d’enseignement pour réaliser ses travaux personnels. Gedney emménage dans un quartier abordable à Brooklyn, il travaille en freelance et occupe des petits jobs à temps partiel.


Le Kentucky :

William Gedney ne travaillait qu’en noir et blanc, fidèle au format 24 x 36. On peut qualifier le genre de son travail photographique de journalisme social. En 1964, il voyage dans l'est du Kentucky et y rencontre la famille Cornett. Le chef de famille, Willie, venait de perdre son emploi dans les mines et luttait pour subvenir aux besoins de sa femme et de ses douze enfants. Touché il reste avec eux et les photographie durant deux semaines. Gay, il est fasciné aussi par la beauté rustre des jeunes hommes occupés perpétuellement à remettre en état de vieilles voitures américaines ou à fumer et à des activités sans grand intérêt pour passer le temps. Il retournera de nouveau les photographier en 1972. Cette série s’inscrit dans la lignée de celles des photographes sociaux (Lange, Lee, Delano, Shahn…) de la grande dépression qui parcouraient le pays pour ramener des images de la détresse de la population américaine à l’administration Roosevelt.


Différents travaux photographiques :

En 1966, il reçoit la bourse Guggenheim qui lui permet de travailler sur une série de photographies de scènes de nuit des rues de San Francisco, images éclairées uniquement par l’éclairage urbain. Gedney choisit de photographier les maisons traditionnelles de la ville, dans des rues où l’humain est absent, seulement représenté par son automobile. Cela débouchera en 1968, sur sa première et unique exposition photographique particulière de son vivant.

Son œuvre est ensuite axée autour de ses deux longs voyages en Inde à dix ans d'intervalle. Il arrive à Delhi en 1969, puis se rend à Bénarès, où il réalise l’essentiel de ses photos. Lors de son second voyage en 1980, il consacrera quatre mois entiers à figer la vie à Calcutta. Il a demandé qu'après sa mort, ses livres et appareils photo soient confiés à l'un des établissements d'enseignement indiens. Son frère, Richard Gedney, en a fait don au Chitrabani Art College de Calcutta. Il se rend entre ces deux voyages pour la première fois en Europe en 1974, traversant l’Irlande et l’Angleterre. Il fait aussi deux séjours à Paris durant les étés 1978 et 1982. Immédiatement, il perçoit la symbolique du lieu et prend des images très proches de celles que réalisaient à la même époque Ronis ou Doisneau.

Au cours des dix dernières années de sa vie, Gedney a relativement peu photographié, sinon la communauté gay new-yorkaise et en particulier la parade annuelle des gays, en juin... A signaler totu de même un projet assez surprenant par rapport au reste de son œuvre, le photographe, pour lequel la musique a toujours beaucoup compté, a réalisé une grande série sur les compositeurs américains.


Célèbre à titre posthume :

William Gedney apprend qu’il est atteint du sida en 1987 et meurt le 23 juin 1989 à Staten Island des suites du sida. Il confie la garde de son travail à ses amis, le photographe Lee Friedlander et son épouse, Maria. En 1992 ses archives sont déposées par les Friedlander à l’Archive of Documentary Arts, à la David M. Rubenstein Rare Book & Manuscript Library et à la Duke University à Durham, en Caroline du Nord. William Gedney est un artiste remarquable qui n'a pourtant jamais obtenu la reconnaissance dans sa spécialité de son vivant. Curieusement ce n’est que 11 ans après sa mort, en 2000, que son travail a acquis une certaine notoriété quand une importante exposition lui a été consacrée au Moma de San-Francisco conjointement à la publication d'un livre de ses photographies.


Il n’y a pas de site à proprement parlé sur le travail de William Gedney, mais celui-ci est à consulter : http://www.relations-media.com/william-gedney/


Quelques unes de ses photographies sont dans le portfolio :