Edward Weston


Le photographe américain Edward Weston est né le 24 mars 1886 à Highland Park dans l’Illinois. Pour ses seize ans, en 1902, il reçoit de son père son premier appareil-photo, un Kodak Bulls-Eye n°2. Il s'agit du premier appareil photo utilisant de la pellicule souple au dos de laquelle se trouve un papier numéroté. L'appareil est un cube, il est en bois et recouvert de cuir, un magnifique objet ! Edward commence à prendre des images dans la ferme de sa tante puis dans les nombreux parcs de Chicago. Succès précoce, il se forge rapidement une réputation et l'Institut d'art de Chicago expose ses photographies en 1903. En 1906, il part en Californie, où il s'installe afin de mener une carrière de photographe. Il épouse Flora May Chandler en 1909, avec qui il aura quatre enfants entre 1910 et 1919. En 1911, Weston ouvre son premier studio photographique à Tropico, tout en rédigeant pour de grands magazines différents articles sur sa méthode peu conventionnelle pour produire des portraits.


Le style Weston :

Avec Ansel Adams, il est le précurseur d’un style caractérisé par l'utilisation d'un appareil grand format, avec lequel il produit des images monochromes très nettes et riches en détails. L’amour passionné de Weston pour la nature a donné des images de paysages et de natures mortes qui ont formées l’émergence d’un style artistique californien entre les deux guerres. J’ai tendance à le « ranger » dans les photographes de paysages monochromes, mais il est aussi l’auteur de portraits, de clichés dénudés ou de portraits d’animaux (notamment de chats), si bien qu’il n’est pas facile de le classer dans une unique rubrique. Mon site respectant une certaine logique de classement pour s’y retrouver, il a bien fallu trancher pour le répertorier dans une catégorie, j’ai donc opté pour l’associer aux photographes de paysages.

La majeure partie de son travail a été effectuée en utilisant une chambre photographique de 8×10 pouces. Jusqu'au début des années 1920, Weston préfère utiliser un objectif anachromatique, dont la caractéristique principale est de fournir, quelque soit l’ouverture, une image douce et estompée. On appelle cet effet ainsi obtenu le flou chromatique. Puis Edward Weston va peu à peu s'orienter vers la photographie dite « pure ». C’est l'année 1922 qui marque son renoncement  au pictorialisme en faveur de la photographie pure. Lors d'une visite chez sa sœur May à Middletown, dans l'Ohio, il prend pour la première fois des images industrielles dans les aciéries Armco. C'est à partir de ce moment que Weston ne fera plus que des clichés nets avec un piqué prépondérant. Il préfère la netteté de la lentille convergente à l'objectif anachromatique dans cette période qui sera riche en prises de vue de paysages et de natures mortes. Ce changement d’orientation est influencé par ses rencontres avec les photographes Paul Strand, Alfred Stieglitz et Charles Sheeler qu’il rencontre cette même année à New York.


La période mexicaine :

En 1923, Weston quitte sa famille et part pour Mexico avec son associée et amoureuse Tina Modotti et l'un de ses fils. Ils exploitent tous les trois un studio de portrait jusqu'en 1926. Attiré par le milieu du militantisme politique, les intellectuels et les artistes mexicains, il fréquente les peintres Diego Rivera, Frida Kahlo et le muraliste Jose Clemente Orozco.

En 1927, Edward Weston rompt avec Tina Modotti et s'installe à Carmel sur la côte pacifique de la Californie. Il vit et travaille dans une maison en bois, prend des clichés de la côte rocheuse, et des natures mortes de coquillages et de légumes…


Le Groupe f/64 :

En 1932, avec l’un de ses fils Brett, Ansel Adams, Willard Van Dyke et quelques autres photographes de la région, Weston forme un groupe de réalistes nommé le Groupe f/64, en l'honneur à la plus petite ouverture du diaphragme d'un appareil-photo de grand format. Cette ouverture de lentille donne la profondeur de champ maximum, rendant l’image nette du premier au dernier plan. Cela correspond à la théorie de la photographie pure que le groupe a adoptée en réponse au pictorialisme. Ce rassemblement devient le haut lieu de la « photographie pure » américaine.

En 1937, la Fondation John-Simon-Guggenheim attribue une bourse à Edward Weston, il s’agit de la première remise à un photographe. La même année il épouse son modèle et assistante, Charis Wilson, avec qui il vivait depuis 1934, ils divorceront en 1946, année durant laquelle il obtint pour la seconde fois la bourse Guggenheim. Il parcourt l'ouest américain et photographie les paysages de la Vallée de la Mort. Dans le même temps, il a plusieurs contrats d'exclusivité et édite plusieurs ouvrages, certains avec Wilson, entre autres une édition du recueil de poèmes de Whitman « Leaves of Grass », illustrées avec ses photographies. A partir de 1946, Weston collabore à plusieurs recueils de ses photographies avec le critique Nancy Newhall.


Une fin anticipée :

Frappé de la maladie de Parkinson, Weston réalise ses dernières photographies à la réserve d'État de Point Lobos en 1948. L'année 1952 voit la publication d'une brochure pour le 50e anniversaire de son travail, imprimée par son fils Brett. En 1955 et 1956, il désigne Brett, Dody Warren son épouse et Cole Weston pour tirer sous sa surveillance les 800 négatifs qu'il considère comme les plus importants de sa carrière. Edouard Weston meurt à 71 ans, le 1er janvier 1958 dans sa maison de Wildcat Hill à Carmel-by-the-Sea en Californie.

Les archives d'Edward Weston sont installées au Center for Creative Photography de l'Université d'Arizona à Tucson. Elles contiennent plus de 2 000 tirages d'exposition et plus de 10 000 négatifs, ses journaux intimes et un assortiment de correspondances, de documents financiers et de notes sur sa vie, ses voyages et ses méthodes de travail. Le Center for Creative Photography détient et gère le droit d'auteur pour les photographies d'Edward Weston.

Voici le site d’Edward Weston sur lequel vous aurez un bref aperçu de ses multiples talents https://edward-weston.com/


Quelques unes de ses photographies sont dans le portfolio :