Fred Lyon


Le photographe Fred Lyon a été surnommé le Brassaï de San Francisco. Il a également été comparé à Cartier Bresson, à Atget ou à Andre Kertez, mais toujours ramené dans le contexte de ses images de San Francisco où il est né. Fred Lyon a 94 ans et a photographié sa ville natale, San Francisco, pendant plus de 70 ans, en effet, sa carrière sans interruption remonte au début des années 1940. Dans les belles années de la publication abondante des magazines, ses crédits d'images étaient partout dans Life comme dans Vogue. Il traitait alors des nouvelles, de l'architecture, de la publicité ou de la nourriture… Aujourd’hui ses riches scènes en noir et blanc évoquent une époque révolue quand la poudre éclair existait encore. Les célèbres téléphériques étaient le moyen de transport public moderne pour les habitants.


Fred Lyon est devenu, très tôt, littéralement amoureux de la photographie quand un jour il a remarqué un ami, qui avait un vrai appareil photo et non un Kodak Brownie. Son ami attirait beaucoup l'attention des filles à l'école et ça impressionné tout le monde ! À ce moment-là, comme dans beaucoup d’autres moment de sa vie, une grande partie de sa motivation résidait en savoir comment attirer les filles. C’est alors qu’il décide d’acheter à son tour un appareil photo pour imiter son ami.


Il quitte l'école secondaire à 14 ans, et travaille brièvement pour un photographe commercial local. Ensuite il étudie la photographie au Center des Arts de Los Angeles. L'un des instructeurs était Ansel Adams, un autre photographe de San Francisco qui ne s'intéressait pas à l'éducation traditionnelle. Adams était un gourou de l'imprimerie célèbre notamment pour avoir créé le système de traitement par zones. Un jour Lyon lui demande son avis sur l’un de ses tirages encore humide sorti tout juste de la chambre noire. Adams lui donne un conseil obscur mais utile en lui disant : « Hmmm, la réalité de la lumière n'existe pas ». Lyon le remercia avant de retourner dans le laboratoire tout en cherchant ce qu’il avait bien pu vouloir dire ? En fait cela signifiait qu’il faisait des tirages trop sombres. Des gens comme Bill Brandt ont fait des tirages sombres un marque de fabrique à leur avantage, mais Lyon n’en n’était pas encore arrivé à ce point !


Après avoir travaillé comme photographe de la Marine, Fred Lyon trouve le succès qu'il souhaitait. Il a travaillé sur le plan commercial et éditorial pendant des décennies, photographiant cinq présidents pour des publications comme Time and Life. En tant qu'artiste, il avait San Francisco comme muse, avec son épais brouillard, ses collines escarpées. Sa ville est le sujet central de son travail, autant que ses habitants. Il a été appelé le « Brassaï de San Francisco » et il est facile de comprendre pourquoi. Dans « Land's end, foggy night, San Francisco 1953 », vous êtes transporté dans un univers de niveaux de gris. Les phares d'une automobile, son extrémité avant avancée sur le trottoir et l'air humide qui enveloppe tout d’un épais brouillard. Un couple passe devant la colline, avec une lampe de poche qui illumine le trottoir, tandis qu'une lumière illumine les maisons alignées sur la gauche de l’image. Cette scène résume parfaitement l’art de Fred Lyon et sa maîtrise du monochrome.


Voici le site de Fred Lyon pour en prendre plein les yeux http://www.fredlyon.com/