Inge Morath


Ingeborg Mörath est née à Graz, en Autriche en 1923. Ses parents étaient des scientifiques dont le travail les a conduits dans différents laboratoires et universités en Europe durant son enfance : Munich, Berlin, Strasbourg, Darmstadt, Berlin où la famille revient s'établir en 1938 et où elle grandira, fera des études de langue dans des écoles francophones, du journalisme et obtiendra son diplôme en 1944.

La première rencontre d’Inge Morath avec l’art d’avant-garde a été l’exposition Entartete Kunst (art dégénéré) organisée par le parti nazi en 1937, qui visait à enflammer l’opinion publique contre l’art moderne. « J’ai trouvé passionnant un certain nombre de ces tableaux et je suis tombé amoureux du cheval bleu de Franz Marc », a ensuite écrit Morath.

En 1946, à Salzbourg, elle envisagera de reprendre ses études interrompues par son refus d'adhérer aux organisations nazies. De 1946 à 1949, elle travaillera comme traductrice interprète et journaliste rédactrice au service des troupes américaines d’occupation à Salzbourg et à Vienne. Inge Morath collaborera à la revue « Kurier », à la station de radio « Rot-Weiss-Rot ». En 1948, Inge participera à la création de la revue d'art « Der Optimist ».

En 1948, elle est embauchée par Warren Trabant pour Heute, un magazine illustré publié par la US Information Agency à Munich. Morath rencontra le photographe Ernst Haas à Vienne après la guerre et signala son travail à Trabant. Travaillant ensemble pour Heute, Morath a écrit des articles pour accompagner les images de Haas. En 1949, Robert Capa avait invité Morath et Haas à rejoindre le nouveau groupe Magnum Photos à Paris, où elle travaille comme rédactrice. Travailler avec des planches-contact du membre fondateur, Henri Cartier-Bresson, a fasciné Morath. Elle a écrit: « Je pense qu'en étudiant sa façon de photographier, j'ai appris à me photographier moi-même avant même de prendre un appareil photo en main. »

Morath se marie au journaliste britannique Lionel Birch et déménage à Londres en 1951. La même année, elle commence à photographier lors d'une visite à Venise. « J'ai immédiatement compris que je serais désormais photographe », a-t-elle écrit. « Alors que je continuais à photographier, je suis devenue joyeuse. Je savais que je pouvais exprimer les choses que je voulais dire en leur donnant forme à travers mes yeux. » Inge Morath divorce de Birch et retourne à Paris pour poursuivre une carrière dans la photographie. En 1955, elle fut invitée à devenir membre à part entière de Magnum Photos. À la fin des années 1950, elle voyage beaucoup, couvrant des reportages en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, aux États-Unis et en Amérique du Sud pour des publications telles que Holiday, Paris Match et Vogue. Elle a publié Guerre à la tristesse, photographies de l’Espagne, avec Robert Delpire en 1955, suivie de De la Perse à l’Iran, photographies de l’Iran, en 1958.

Comme beaucoup de membres de Magnum, Morath a travaillé comme photographe dans de nombreux décors de films. Ayant rencontré le réalisateur John Huston alors qu'elle vivait à Londres, Morath a travaillé sur plusieurs de ses films. En 1960, elle participait au tournage de The Misfits, un film à succès mettant en vedette Marilyn Monroe, Clark Gable et Montgomery Clift, avec un scénario d’Arthur Miller. Morath a rencontré Miller alors qu’il travaillait sur The Misfits. Après le divorce de Miller et de Monroe, ils se sont mariés le 17 février 1962.

Les réalisations de Morath au cours de sa première décennie de travail en tant que photographe sont importantes. Avec Eve Arnold, elle a été l'une des premières femmes membres de Magnum Photos, qui reste à ce jour une organisation à prédominance masculine. De nombreux critiques ont écrit sur le surréalisme ludique qui caractérise l’œuvre de Morath de cette époque. Elle était motivée par un humanisme fondamental, façonné autant par l'expérience de la guerre que par son ombre persistante sur l'Europe de l'après-guerre. Dans l’œuvre mature de Morath, cette motivation s’enrichit en un motif qui témoigne de l’endurance de l’esprit humain dans des situations de contrainte extrême ainsi que de ses manifestations d’extase et de joie.

Ingeborg Morath Miller est décédée d'un cancer en 2002, à l'âge de 78 ans. En 2002, les membres de Magnum Photos ont créé le prix Inge Morath. Ce prix est administré par la Fondation Inge Morath en coopération avec la Fondation Magnum, New York. La Fondation Inge Morath a été créée par la famille de Morath en 2003 pour préserver et partager son héritage.

Vous pouvez accéder au travail d’Inge Morath sur https://clairbykahn.com/mies_portfolio/morath/ et http://ingemorath.org/


Quelques unes de ses photographies sont dans le portfolio :