Janol Apin


Qui est Janol ?

Janol Apin est un nom d’artiste non dénué d’humour, preuve est faite si l’on ôte la dernière lettre de son prénom pour la placer au début de son nom, ce pseudo pose le décor d’un personnage sympathique et drôle. Personnage assez drôle, j’entends par là comique, il va explorer des sujets qui le caractérisent. Il confiera lors d’un entretien : « C'est mon univers photo qui résume le plus ce que je suis. En fait, c'est moi le comique, pas mes photos ! » Janol se lance dans la photographie après quelques essais non concluants dans d’autres domaines artistiques comme l’écriture ou le dessin. Très vite il ressent que le meilleur moyen d’expression artistique qu’il recherche se résume dans cette discipline qui lui permet de figer l’instant sur la pellicule. Mais en filmant et en photographiant sa famille, c'est sûrement son père, dont une photo orne son site en pleine partie de pêche, qui lui a donné le goût pour la photo.

Lauréat d'une Maîtrise de photographie, diplômé en portrait classique, il entre dans le monde de l'image en 1988, après l’obtention de son diplôme de technicien de laboratoire photographique. Janol commence alors comme technicien de laboratoire tireur à l’AFP puis au parc d’exposition et à  l’hebdo Presse national. Il  débute réellement sa carrière de photographe à partir de 1993 à l’Agence France Presse après un premier reportage en 1989 « la chute du mur de Berlin » et un second en 1990 « Tous à l’eau ». Il a alors pour mission de figer l'actualité parisienne, mais il n’est pas le seul dans ce cas, si bien qu’il se trouve parmi beaucoup d’autres confrères à prendre les mêmes prises de vue d’un même évènement. Il éprouve rapidement le désir de créer lui-même ses propres images, celles qu’il sera le seul à faire. Ainsi il commence à développer ses idées et à réaliser des sujets qui lui tiennent à cœur tout en exposant un peu de sa personnalité.


Des séries à l’image de leur auteur :

Ainsi différentes séries que l’on peut découvrir sur son site : www.janol-apin.com sont assez caractéristiques de son approche photographique où humour visuel et littéraire ne font souvent qu’un dans un univers très marqué par le seau de l’enfance. J’ai décidé de vous parler aujourd’hui de deux de ses séries réalisées en noir et blanc, vous l’aurez sans doute deviné :

Tout d’abord « Comicalo », comme le titre l’indique cette série présente différents comiques dans des salles d’eau. Au total c’est une trentaine de comiques rencontrés sur les planches des théâtres parisiens qu’il va immortaliser en noir et blanc dans des positions assez cocasses. Le comique de situation doublé de celui de l‘aura que retourne chaque personnage, nous propose quelques clichés inattendus qui resteront dans les annales. D’autant qu’aujourd’hui, Elie Kakou n’est plus de ce monde, Semoun et Dieudonné ou les Inconnus ne sont plus ensemble. Cela confère à cette série un aspect rétro mais aussi un côté documentaire qui induit un sentiment d’osciller entre regret, nostalgie, mélancolie et sourires.

La seconde série « Métropolisson », est la dernière série pleine d’humour qui figure sur son site, et pour tout vous dire, celle qui a attiré mon attention sur l’artiste et m’a poussé à le contacter. Au milieu des années 90, Janol Apin a mis en scène le nom des stations du métro Parisien avec humour et imagination. De cette série est né un livre du même nom, contenant 110 photos de stations que vous pouvez vous procurer en suivant ce lien : http://livre.fnac.com/a2628210/Janol-Apin-Metropolisson


Métropolisson :

À l'origine de ce projet, une idée prise en passant dans la station Richard-Lenoir, lorsqu'il voit un africain sur le quai d'en face devant le panneau. Il se rapproche d’un ami antillais, lui demande s’il est partant pour refaire cette scène. Puis lui vient l’idée de faire imprimer RICHARD sur un tee-shirt par un autre ami graphiste … La première d’une longue série est dans la boîte car à partir de ce moment Janol va arpenter le métro entre 1993 et 1997, à la recherche de jeux de mots, de calembours ou de charades pour ce voyage souterrain. Une approche souvent drôle mais toujours anecdotique où l’image et le texte se rencontrent. Ce qui ressort de cette série en N&B prise soit au 24 mm, soit au 50 mm avec des HP5 Ilford 36 poses au Nikon FM2, n’est pas la recherche technique mais bien le clin d’œil et le premier degré.

Avec l’aide d'amis, de rencontres et le concours de la RATP, il enchaine de nombreuses prises de vue toujours bien plus longues à préparer qu’à immortalise. Il faut penser l’image, visualiser le costume  idéal ou l'accessoire indispensable pour qu’au premier coup d’œil en une seule prise ça percute sans équivoque. Autour de lui, les gens intrigués observent les séances ; Rires et sourires prouvent que l’idée fonctionne.


Enfin je vous invite à découvrir le site de Janol : https://www.janol-apin.com/


Quelques unes de ses photographies sont dans le portfolio :