Luo Dan


Luo Dan est né à Chongqing, en Chine, en 1968 et est diplômé de l'Académie des Arts du Sichuan fine en 1992. Il vit et travaille actuellement à Chengdu, en Chine. Il a étudié le design et la gravure avant de travailler comme photojournaliste pour une agence pendant une dizaine d’années. Mais il sentait qu'il avait besoin de faire un travail qui avait intérêt plus personnel. Le travail de l'agence lui portait juste sortir et il l'a trouvé dépourvu de sens. Dans les années 90, il décide de se concentrer sur ses propres projets et fait deux grands voyages à travers la Chine, en photographiant ces voyages au moyen format. Il voulait montrer les changements qui se produisaient en Chine, dus au mode de vie et à l'urbanisation de la campagne, par l'enregistrement de cette grande série de travaux. Durant cette période, il a notamment produit les séries "Route de Chine 318" en 2006 et "du Nord, du Sud" en 2008.


Photographe de proximité :

Lors d’un autre voyage, Luo Dan trouve un village agricole éloigné authentique, dans la vallée de la rivière Nu dans la partie ouest de la province du Yunnan. Ce village Lisu, à majorité chrétienne a été converti au christianisme par des missionnaires il y a très longtemps. Luo Dan est attiré par leur mode de vie et leurs croyances. Il retourne photographier les villageois avec une chambre en bois qu'il avait trouvé dans le Shandong. La caméra était vraiment une pièce de musée avec un objectif de 1900 qui était un peu molle dans sa mise au point. Luo Dan a décidé d'utiliser le processus des plaques de collodion humide. Processus d'abord utilisé dans les années 1850, en utilisant des plaques de verre pour faire un négatif. Ce système nécessite que le matériau photographique soit sensibilisé, impressionné et développé en une quinzaine de minutes, ce qui nécessite une chambre noire portable. Luo Dan converti donc une camionnette en chambre noire de voyage, cela ayant aussi l’avantage de nouer des contacts forts avec ses sujets. Il est un artisan alchimiste dans la façon dont il crée l’image. L'immédiateté de sa technique avec sa boîte en bois, ses plaques de verre et ses produits chimiques permet aux villageois de partager cette magie de fabrication très rapidement.


Figer les traces d'une culture en déclin :

Le processus au collodion est utilisé depuis longtemps en photographie et bien que peu pratique, produit des détails remarquables et une impression d'intemporalité. Cette zone est très éloignée et a presque été oublié par le monde moderne. Dans sa série photographique, intitulée "Simple Song", Luo Dan veut montrer quelque chose de la condition humaine qui va bien au-delà des préoccupations de la Chine moderne et du matérialisme, du développement urbain et de sa croissance économique. Certes les réalisations économiques de la Chine sont remarquables, mais sur d'autres aspects, il induit des lacunes et des fractures humaines en raison de sa rapidité de développement justement. Le travail de Luo Dan devient un miroir qui montre qu'il y a un autre point de vue qui peut avoir une valeur plus spirituelle. Les compositions et les situations posées de ses portraits ont l'apparence de photographies prises dans les années 1850, quand les portraits étaient faits dans le but de donner une image pour la postérité. Dans cette démarche, on ne peut s'empêcher de penser au photographe américain Edward Curtis qui a photographié les peuples amérindiens en 1900 afin de préserver quelque chose de leur culture unique avant leur destruction ultime par les changements technologiques du 20ème siècle.

Ses photos représentent bien plus qu'une simple étude anthropologique ou ethnographique des Lisu, il s’agit d’un véritable documentaire sur la vie de ce peuple à travers leurs activités quotidiennes, leurs biens et leurs costumes traditionnels. Les gens ont souvent posés dans leurs habits du dimanche. Les gens ainsi photographiés transmettent une forme d’intemporalité, les images sont difficiles à dater, les costumes semblent très anciens car sûrement hérités de père en fils, on a le sentiment au fil de la série d’osciller entre le passé, le présent et l'avenir.


Une technique complexe et délicate :

Luo Dan photographie ses sujets avec un regard fixe très clair avec un grand soin apporté au placement du sujet et à la composition. Le procédé au collodion nécessite de très longues expositions et le sujet doit tenir la pose sans bouger, parfois une minute durant, en fonction de la lumière. Parfois on distingue un léger flou en raison d’un mouvement du modèle ou du vent qui intervient sur l’arrière plan. Notons également que la profondeur de champ était très limitée avec ce matériel, ce qui implique que le sujet soit bien en face de l'objectif et que l'arrière-plan est systématiquement très doux.

Les photographies de Luo Dan attestent de l’utilisation du processus au collodion à travers le pelage et les bords picturaux des gravures, les marques, les imperfections et l'incroyable détail du collodion. Ces images sont le résultat de la numérisation des plaques de verre et de l'impression de ses travaux sur papier Ilford de fibre de soie d'or. Elles sont incroyablement belles et figent un moment de l’histoire de la Chine avec une grande sensibilité.


Son site photographique vaut la visite : http://www.luodanphoto.com/


Quelques unes de ses photographies sont dans le portfolio :