Robert Mapplethorpe


Robert Mapplethorpe est né en 1946 à New York, dans le village incorporé au comté de Nassau nommé le Parc Floral, à Long Island. Il grandit dans une famille catholique d'origine anglo-irlandaise dont il est le troisième de six enfants. En 1963, il entre au Pratt Institute, situé dans le quartier de Brooklyn à New York, où il étudie le dessin, la peinture et la sculpture. Influencé par Joseph Cornell et Marcel Duchamp, c'est à cette époque qu'il commence à réaliser des travaux utilisant des techniques mixtes. En particulier des collages utilisant des extraits de journaux et de magazines. Au terme de ses études, il reçoit un Bachelor of Fine Arts, l’équivalent d’une licence d'arts plastiques en France.


Renonçant à la voie que lui avait destinée son père, le dessin publicitaire, en 1966, il décide de rompre de manière brutale avec sa famille. Il s'installe à New-York et vit d'emplois peu stables, découvrant à la même époque les drogues (cannabis et LSD). En 1967, Robert Mapplethorpe rencontre Patti Smith avec laquelle il entretiendra d'abord une relation intime, puis amicale jusqu'à sa mort. Pourtant Robert est bisexuel, vers la fin des années 1960, il entretiendra plusieurs relations homosexuelles. En matière d’art, comme dans sa vie intime, il est assez changeant. Ainsi, ses thèmes de prédilection passent de l'ésotérisme, à la dévotion en passant par la magie.


C’est en 1970 qu’il acquière un Polaroid et commence à produire ses propres photographies pour les intégrer dans ses collages. Deux ans plus tard, il passe à l’Hasselblad moyen format et commence à prendre son cercle d'amis proches (artistes, musiciens, stars du cinéma…). Il a également travaillé sur des projets commerciaux comme la création de la pochette d’un album de Patti Smith, une série de portraits ou de photos de soirées pour Interview Magazine et documenté la scène SM de New York. Les photographies obtenues, bien que choquantes et provocantes dans leur contenu, sont pourtant remarquables dans leur maîtrise technique.


En 1980 Mapplethorpe rencontre Lisa Lyon, la première championne de Bodybuilding mondiale. Au cours des années suivantes ils vont collaborer sur une série de portraits, des études de personnages, un film et un livre, « Lady, Lisa Lyon ». Tout au long des années 80, il produira une foule d'images avec un soin particulier apporté aux normes esthétiques et aux compositions stylisées (nus masculins, féminins, fleurs, natures mortes et portraits studio d'artistes et de célébrités…). Dans ce portfolio j’ai choisi de m’intéresser uniquement à ses portraits monochromes.


En 1986, il apprend qu’il est porteur du SIDA, conscient de sa maladie, il multiplie ses efforts de création. Il crée « la Fondation » en 1988 pour promouvoir la photographie, les musées de soutien qui présentent l'art photographique, et financer la recherche médicale dans la lutte contre les infections liées au VIH et au SIDA. Au-delà de l'art signification historique et sociale de son travail, son héritage se perpétue encore aujourd’hui à travers les travaux de la Fondation Robert Mapplethorpe… Il meurt en 1989 âgé seulement de 42 ans !


Pour découvrir son travail je vous suggère de visiter cette page : http://www.mapplethorpe.org/portfolios/